La chapelle à la mémoire d’Andreas Hofer

A l’occasion du centenaire d’Andreas Hofer se forma à Meran un comité dans le but d’ « ériger à l’homme du Tyrol un monument national, et surtout durable ». Et ceci sous forme de chapelle. Car Hofer « n’était pas mort, quand il avait dû subir la mort ; il avait acquis par sa mort le signe éternel de la gloire. » Une allusion claire à Jésus. Mais c’est seulement 15 ans plus tard, en 1882, que le montant des dons permit de commencer des travaux. La chapelle est construite en forme de croix dont les quatre bras symbolisent les quatre « états » de la société de l’époque (noblesse, clergé, bourgeoisie et paysannerie) sur lesquels s’appuyait Hofer. A son centre s’élève une tour, symbole de l’ «éminente figure de héros » de Hofer. Les murs de granit devait rester nature, « aussi simples et modestes qu’Hofer lui- même ». Et ainsi les finances étaient déjà épuisées. C’est seulement en 1896 que les fresques de l’intérieur furent entreprises. Trois tableaux principaux et huit tableaux secondaires racontent l’insurrection des Tyroliens de 1809 et la mort de Hofer. Le tableau central représente Hofer dans sa prison de Mantoue, « ayant rendu son âme de héros, au-dessus de lui des anges en vol lui tendent la palme de la victoire et la couronne de l’immortalité ».


 

Accès : la chapelle se trouve à proximité immédiate du Museum Passeier et est accessible gratuitement pendant les heures d’ouverture. Un peu plus bas se trouve une deuxième chapelle, la chapelle du St Sépulcre. Elle a été construite vers 1700 par l’arrière-grand-père d’Andreas Hofer après un pèlerinage à Jérusalem. Se visite sur demande auprès du musée.