Le Sandhof

C’est la maison où naquit et vécut Andreas Hofer (1767 – 1810). Son aspect actuel devrait dater du XVIIe siècle, époque à laquelle elle passa à la famille Hofer. Certaines parties des murs du cellier remontent au XIIIe siècle.

Au Moyen Age, le Sandhof était connu comme « place de chargement ». Car c’était la dernière station pour les charriots venant de Meran. A partir de là, les animaux de bât et les porteurs étaient chargés de marchandises et les transportaient par le col Jaufen jusqu’à Sterzing et au-delà. Andreas Hofer aussi faisait partie de ce corps de métier. En son temps, le « Sandhof », était l’auberge la plus connue de toute la vallée et s’appelait « Auberge de la couronne d’or ».

Le nom de « Sandhof » lui vient des inondations dues à la proximité avec la Passer. Ce torrent ravageait souvent la vallée et déposait de grandes quantités de sable – en allemand : Sand - et de graviers. Ainsi aussi en 1774 quand le lac qui se trouvait en contrebas du col Timmelsjoch se vida et emporta avec lui de nombreuses maisons et tous les ponts même à Meran.

A la mort d’Andreas Hofer, le Sandhof était couvert de dettes. Sa veuve Anna, aidée de quelques créanciers, réussit cependant à  sauver la propriété du désastre. En 1838, après sa mort, l’Empereur d’Autriche Ferdinand 1er l’acheta.

 Et déjà en ce temps, le Sandhof devint pour les voyageurs un objet d’attraction. Les innombrables livres d’hôtes, qui datent de cette époque, contiennent des noms illustres. Le plus illustre de tous les visiteurs a été l’Empereur François Joseph Ier. Sa visite en 1899 à l’occasion des fêtes commémoratives du 90e anniversaire de l’insurrection des Tyroliens a été la plus grande fête populaire connue jusqu’à nos jours au Val Passeier. Elle a été aussi l’occasion de l’inauguration de la chapelle à la mémoire d’Andreas Hofer. Celle-ci se trouve à proximité immédiate du musée en plein air actuel et présente un cycle de fresques sur la vie d’Andreas Hofer. Depuis 1982 le Sandhof est classé monument historique.